Les Chroniques D'Hyrule

Venez vivre des aventures (et des mésaventures) dans le monde de la populaire série Zelda! Des admins/modos sympathiques, un monde immense (connu ou non), de très nombreuses races et classes disponibles, des quêtes...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Palais des Sables

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaaburi [NPC]
Bête des sables
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 32
Profession : Guerrier
Âge du perso : Inconnu
Race : Gaïren
Date d'inscription : 19/06/2008

Votre Personnage
Race: Gaïren
Sexe: Masculin
Devise: Liberté. C'est ma seule patronne.

MessageSujet: Le Palais des Sables   Dim 29 Juin - 4:26

Gaaburi avait échoué. Il n'avait pas jugé que le temps était assez opportun pour se mesurer au terrible Roi du Désert. Décidément, comme ceux qui avaient passé bien avant lui, il devrait rentré à la maison en apportant de mauvaises nouvelles et cela, il était totalement conscient que ça ne plairait pas à son chef.

Parcourant le grand désert de sable brulant, il s'arrêta soudainement non loin la Tour du Jugement. Observant au travers des milliers de grains de sable qui couvraient ses deux yeux orangés, il attendit d'être certain que rien d'autre que le soleil le voyait à l'horizon puis se matérialisa hors du sable pour pouvoir se rendre sur le socle ou s'était déjà trouvé aussi le miroir menant vers le royaume du crépuscule autrefois, sous sa forme de bête et son visage humain.

Après avoir monté les nombreuses marches, il s'arrêta enfin devant ce socle puis se débarrassa définitivement de son apparence de bête (au niveau du corps) pour prendre totalement sa forme humaine. Il était vêtu légèrement, d'une longue robe brune, attachée seulement à son épaule droite, ornée de bijoux en or et d'une ceinture orangée ainsi que d'une longue cape blanche. Un peu à la manière des grecs, ont pouvais voir son torse du côté gauche. Le tout s'adonnait très bien avec la couleur de ses cheveux et de ses yeux. Il secoua un peu ceux-ci juste assez pour que l'ont puisse voir qu'il portait à chacune de ses oreilles de grandes boucles rondes. Vu ainsi, il avait presque l'allure d'une femme mais ce n'était pas le cas.

Faisant un cercle avec ses deux mains, il prononça, à voix basse, quelques mots dans une langue inconnue puis ferma les yeux tout en se penchant légèrement vers le sol. Dans un bruit presque silencieux, une trappe s'ouvrit juste devant ses pied dans un halo de lumière blanche lui donnant accès au sous-sol, là ou se trouvait la cité qui lui permettait de vivre depuis le premier jour ou il avait ouvert les yeux sur ce monde. Il commença doucement sa descente dans le sol, la trappe de refermant derrière lui ne laissant aucunes traces de sa venue ici, jusqu'à arriver dans un long couloir orné de torches sur les murs de droite et de gauche.

Après quelques minutes de marche, il termina finalement son ascension dans les profondeurs de se qui ressemblait à une caverne pour arriver devant un grand portail ancien ou se tenait deux gardiens. Ceux-ci le reconnurent et frappèrent leurs bâtons contre le sol afin de le laissé entrer. Les deux portes géantes s'ouvrirent pour laissé la vue sur ce qui se trouvait derrière ; une immense cité sous le sable. Un énorme balcon permettait à des escaliers, autant sur la gauche que sur la droite, d'être descendus par les voyageurs ou habitants pour rejoindre le village qui se trouvait plus bas. De longs et imposants murs de roche et de sable, avec des tours de garde, entouraient celui-ci et au bout, un peu à la manière du château d'Hyrule, un pont levis permettait l'accès au palais royal.

Gaaburi monta, d'un geste brusque, son collet par dessus sa bouche puis descendit à nouveau les escaliers pour arriver au niveau du sol. Il connaissait le chemin et il ne perdit pas de temps à traverser le village, ne regardant même pas au passage les habitants qui le dévisageaient ou même ceux qui passaient près de lui, trop occupés pour s'en soucier. Une fois parvenu jusqu'au château, les gardiens le laissèrent encore une fois passer sans problème. Il passa sur le pont levis, se rendit jusqu'aux portes principales et y entra. Étant plus développé au niveau de l'oreille que de la vue, Gaaburi remarqua très bien qu'une fois quitté le village, le bruit et l'environnement tout autour de sa personne était devenu beaucoup plus calme, voir même à la limite de l'étrangement calme.

Au bout d'un moment à parcourir les différents couloir du château, cet absence soudaine de bruit devint même inquiétante lui qui, habituellement, n'était pas de nature soucieuse ou stressée. Il sentait bien que malgré l'engouement et l'activité qui était présente précédemment lors de son passage dans le village, quelque chose n'allait pas ici, dans le château. Plus il s'enfonçait envers la salle du trône, plus l'air devenait glacial et irrespirable. Quelque chose était arrivé ou alors il s'agissait d'une présence qui émettait une très forte aura.

Il arriva dans la salle du trône, sans faire trop de bruit, au début. Il ne vit pas tout de suite que le Roi de sa tribue était en pleine discussion avec un être qui lui était inconnu. Si bien qu'il continua à s'avancer et que dès qu'il les aperçus, il s'empressa aussitôt de se cacher derrière les colonnes de pierres géantes qui se trouvaient là. Heureusement pour lui, à cet instant précis, personne n'avait remarqué sa présence. Il savait être rapide et agile dans les bons moments. Tendant l'oreille en prenant soin toujours de ne pas se faire voir, il pu deviner que les deux présences discutaient entre elles. Mais il était trop loin pour entendre le sujet de leur conversation. Décidément, il devrait sans l'ombre d'un doute user de son agilité encore une fois afin de se rapprocher d'eux. Ce qu'il fit.

Avec de la chance, il parvint à se cacher derrière une colonne un peu plus près du centre de la salle, vers le fond, assez pour finalement entendre les voix du Roi et de l'inconnu qui était avec lui. D'ailleurs, à moins que ses yeux, par la faute du sable, lui jouaient un mauvais tour, il crut remarquer que l'inconnu faisant face au Roi ne semblait pas être réel ; Gaaburi pouvait facilement voir, à travers son corps, les éléments qui ornaient le décors derrière lui qui, normalement, auraient du être cachés. De ce qu'il pouvait aussi en voir, celui-ci possédait une silhouette assez imposante, des cheveux d'une couleur rousse et une longue épée dans son dos. Malheureusement, puisqu'il se tenait de profil, son visage ne lui était pas totalement exposé et donc, par manque d'intérêt, il ne prit pas vraiment le temps d'y porter plus d'attention. Il n'était pas venu ici pour espionné mais bien pour parler avec son Roi, bien que c'était ce qu'il était présentement en train de faire.

Il resta planté là, pendant au moins une bonne heure, à écouté la conversation entre les deux individus lorsque finalement, l'inconnu disparu comme un nuage, sans avoir même à ne faire qu'un seul pas. Voyant que son roi s'était rassis sur son trône, il quitta sa cachette pour s'avancer, à son tour, vers celui-ci afin de lui faire part de sa petite aventure au village des Gerudos. Un sourire s'afficha d'ailleurs à son visage à cette pensée. Le Roi, le voyant s'avancer, entama la conversation....


- Gaaburi, très cher et fidèle gardien, ta venue me laisse devinée que tu m'apportes de bonnes nouvelles !

- Malheureusement, mon Roi, ce n'est pourtant pas le cas. Malgré ma discussion avec le Roi du peuple rouge du Désert, il a refusé ma requête et m'a ridiculiser, encore une fois comme ceux avant moi, en me donnant seulement le droit à une partie du Désert, ce qui, mon Roi, est loin d'assouvir à vos attentes, n'est-ce pas ?!

- En effet, en effet... À ce que je vois, malgré notre silence depuis déjà trop de siècles et notre clémence envers ce peuple, ils ne veulent toujours pas se résoudre à nous rendre ce qu'ils nous ont volé. Nous devrons donc oublié nos buts, Gaaburi... et nous en fixés de nouveau qui auront de plus grandes répercussions !

- De plus grandes répercussions ?!

- Je viens tout juste de clore une discussion avec un nouvel ami à moi et avec son aide, je pourrai non seulement venir à bout d'obtenir tout le désert en entier mais je pourrai aussi étendre mon pouvoir partout au travers du royaume d'Hyrule et toi, tu seras à mes côtés et tu pourras en posséder autant, Gaaburi. Mais pour ce faire, il te faut me rester fidèle et continuer d'obéir à mes ordres, tu comprends ?

Ajouta-t-il à l'intention de Gaaburi en tournant légèrement sa tête sur le côté avec un sourire mesquin... Juste après les paroles de son Roi, Gaaburi ressentit à nouveau l'ambiance glaciale qui était présente lorsque l'inconnu était dans la même salle. Se doutant bien que quelque chose n'allait décidément pas comme à l'habitude, il garda son calme et ne changea en aucun cas sa façon d'agir et de parler, répondant sur le même ton à son Roi...

- Bien entendu. Mon métier ne demande pas de (me) poser des questions mais bien simplement de vous obéir, mon Roi. Je serai donc ravis d'être à vos côtés quelle que soit ma mission. que dois-je donc faire et ou dois-je donc me rendre, maintenant ?

- Humm..... Et bien, en faite, je n'y ai pas encore vraiment réfléchi. En faite, j'ai entendu dire qu'un être du monde de l'ombre rodait en Hyrule depuis déjà quelques jours et pour parvenir à mes fins, il me faudrait le rencontrer... Tu crois être capable de te rendre en Hyrule sans jamais ne révéler ta forme bestiale puis de trouver ou il se trouve et de me le ramener, vivant, Gaaburi ?

- Cela devrait m'être facile à accomplir, mon Roi. Je me rendrai donc en Hyrule à sa recherche.

- Très bien, donc. N'attends pas une minute de plus et ne perds pas de temps, il nous est précieux, surtout c'est temps-ci....

Se penchant en guise de salutation noble et aussi pour mettre fin à la conversation, Gaaburi releva une dernière fois son regard, rapidement, vers son Roi et vit une lueur rougeâtre y passer. Il se retourna, sans un mot de plus puis se dirigea tout droit vers la sortie du château. Une fois à l'extérieur, il replaça son collet par dessus sa bouche puis se promis à l'intérieur de lui même de retrouver cet être du royaume de l'ombre, même s'il n'avait en sa possession aucune descriptions précise de ce à quoi il pouvait bien ressembler. Tel un grain de sable dans le désert, il passa faire quelques emplettes, incognito, chez des marchands puis quitta le village sans plus attendre.

Une fois de nouveau exposé à la chaleur insupportable du soleil du désert, à l'extérieur, il prit soin de refermer la trappe avant de laisser le sable ne faire qu'un avec son corps et le vent le faire s'envoler dans le ciel, vers l'entrée du désert mais aussi, l'entrée du royaume d'Hyrule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hairaru.niceboard.com
 
Le Palais des Sables
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» West Castle au casino des Sables d'Olonne (85)
» Un rêve accompli : Le Palais Des Lacs
» Les Sables d'Olonne -/)- Horta
» C'est où le palais impérial svp ?
» CR 31/10/2012 The Cube² / Les palais de Carrara / Copycat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques D'Hyrule :: Le Désert du Doute :: Forteresse Gérudo (Ouest) :: Capitale Gaïren-
Sauter vers: