Les Chroniques D'Hyrule

Venez vivre des aventures (et des mésaventures) dans le monde de la populaire série Zelda! Des admins/modos sympathiques, un monde immense (connu ou non), de très nombreuses races et classes disponibles, des quêtes...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La ferme de Susie

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Silya Neyl
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 28
Âge du perso : 21
Date d'inscription : 13/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Féminin
Devise: J'ferai ça demain

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Mer 16 Juil - 20:02

Ils étaient arrivès à la Ferme, et tout s'était enchaîné. Heureusement, Maharu avait réagi au quart de seconde, et elle-même avait réussi à contrôler ses émotions, gardant un visage calme et détendu. Pourquoi Silya n'avait-elle pas pensé plus tôt à expliquer de point pour ses cheveux ? En effet, cela évitait bien des problèmes aux voyageuses... elle n'aurait qu'à prétendre que les siens étaient noirs, ou d'une toute autre couleur...

Elle avait ensuite rangé ses réflexions pour plus tard, et s'occupa de Moonlight, fatigué de leur journée de voyage. Lorsqu'elle revint des écuries, elle s'assit sur une chaise, réflechissant paisiblement, et surtout, très lentement, sur la suite des événements. Et sur ce qu'elle était supposée faire... déjà, elle verrait où irait Maharu, histoire de ne pas la suivre...
Et elle oublia tout ça lorsque le dîner fut servi. A vrai dire, Silya appréciait déjà Susie, dont la joie de vivre faisait plaisir à voir, pas comme la plupart des Gerudos tellement sérieuses et assidues que c'en était déprimant...
Par contre, le type bizarre qui s'était eclipsé lorsqu'ils étaient arrivès, lui, elle ne l'aimait pas. Ou alors elle se trompait, et c'était juste une impression passagère... elle verrait bien.
Elle se concentra sur son occupation du moment : manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toshiro Phenoria
Peuple Hylien
Peuple Hylien
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 32
Profession : Voyageur solitaire
Âge du perso : 12
Race : Hylien
Date d'inscription : 04/06/2008

Votre Personnage
Race: Hylien
Sexe: Masculin
Devise: il en faut beaucoup pour m'impressionner

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Jeu 17 Juil - 8:20

Personne n'avait remarqué qu'il y avait un absent durant le repas. En effet, Toshiro n'était pas venu à table, il était resté dans la chambre, assis sur son lit. Le gamin réfléchissait aux derniers événements. Le vol du fragment... la bataille... sa jambe cassée... les soins de Morrigane... Tout ça s'était déroulé très rapidement dans sa tête, même trop rapidement.

Le jeune hylien en était donc là. Il ramena sa jambe près de lui pour l'examiner. Elle ne portait aucune trace de la douleur qu'il avait enduré. Son regard soe porta ensuite sur sa longue cicatrice au bras droit. Elle était violette et parsemée de bleu. L'arme magique responsable de cette blessure a laissée une marque qui ne s'effacera probablement jamais...

De douleureux souvenirs remontent à la tête de Toshiro qui s'empresse de le faire disparaître.
Mieux vaut ne pas rouvrir de vieilles blessures... pensa le gamin. Alors qu'il se perdait dans ses pensées, des coups sur la porte le ramenèrent à la réalité.

-Entrez....

C'était Alsaen. L'archer avait été le premier à s'apercevoir de l'absence du jeune hylien à la table et il était donc venu voir si tout allais bien. Son regard se posa alors sur la cicatrice que Toshiro s'empressa de cacher avec une bancde de tissu.

-Ah... voilà donc ce que cachait ton bandage... je pourrais voir de plus près ?

Malgré une forte réticence intérieure, Toshiro le laissa regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samyël Aetherson
Peuple Hyrulien
Peuple Hyrulien
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 25
Âge du perso : 35 ans
Race : Hyrulien
Date d'inscription : 29/06/2008

Votre Personnage
Race: Hyrulien
Sexe: Mâle
Devise: Vous faites crédit?

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Jeu 17 Juil - 19:46

Maho voletait tranquillement, concentré sur sa mission. Il se laissait guider par les courants aériens, pour n'utiliser qu'un minimum ses ailes. En effet, la missive de Maharu lui pesait et ce poids le fatiguait. Il battit de l'aile, orienta son vol vers le sud. Il passa au dessus d'un arbre solitaire...
Mais? Cette éclat rouge!
Intrigué, l'oiseau fit un détour et revint voler auprès du végétal. Oui! Là, dans cette branche. Sa maîtresse Maharu qui lui faisait un perchoir de son bras.
Le volatile se demanda vaguement comment et pourquoi elle était là, mais son intelligence limitée ne lui permit pas de pousser plus avant sa réflexion. Il amorça sa descente et vint se poser délicatement sur le membre offert. La Gerudo paraissait essoufflée, comme après un intense effort. Elle le caressa doucement puis lui retira gentiment le message. Maho laissa faire. Une fois cela fait, sa maîtresse lui dit de reprendre sa route, et d'aller voir le destinateur de la missive, même sans celle-ci.
Servile, l'oiseau reprit son vol.

***

Déesses! Ce qu'il ne fallait pas faire...
Le visage de Maharu commença à se craqueler, s'effilocher, puis se désagrégea dans l'air, de même que ses vêtements et sa peau. A sa place se trouvait Samyël, à bout de souffle, rouge d'effort et en proie à un léger vertige. Il s'agrippait aussi fort qu'il le pouvait à la grosse branche sur laquelle il se tenait.
Il grommela quelque chose sur ces "foutus grands arbres" et entama une périlleuse descente. Il loupa son dernier appui et s'affala dans la poussière dans un grognement. Il resta un moment étendu, victime d'un point de côté lancinant.

-Foutue garce...

Cependant, à mesure qu'il retrouvait une certaine vigueur, le goût délicieux du triomphe lui emplit la bouche. Il avait eu de la chance de surprendre la fillette pendant qu'elle montait sur son toit. Il l'avait ensuite espionnée et lorsqu'il avait vu qu'elle s'apprêtait à envoyer son oiseau avec sa lettre, il s'était dépêché, avait couru jusqu'à cet arbre, grimpé dessus à toute allure et mis en place son illusion (absolument parfaite, il fallait le préciser!) in extremis. Il avait berné le stupide piaf en beauté et récupéré le message. Un coup de maître, s'enorgueillit-il.

Ayant suffisamment repris, il se releva, récupéra sa plume et la remit dans ses cheveux, puis s'adossa au tronc. Il ouvrit ensuite la fameuse lettre et la parcourut rapidement.
Un sourire sournois barra son visage.
"Une personne du nom de Shinji Yuurei, Premier Stratège de la Haute-Garde du Crépuscule..."
Hé bien! Pour une première rencontre Crépusculaire il avait touché le gros lot. Ce Twili devenait de plus en plus intriguant.
Et puis...

-Vous ne saviez pas que les itinérantes, pour éviter d'avoir des problèmes avec les gerudos se teignent les cheveux en rouge?, singea-t-il avec une voix exagérément aiguë. Mes fesses...

La tournure que prenaient les événements plaisait beaucoup à Samyël. Lui qui s'était arrêté pour obtenir une simple chambre et un peu de nourriture, voilà qu'il faisait rencontre sur rencontre et découverte sur découverte!
Il se promit de faire son possible pour en apprendre plus sur ce beau petit monde durant le dîner...

-Sieur Samyël? Sieur Samyël?

C'était l'un des gamins.

-Je suis ici!
-Susie vous fait dire que le dîner est prêt!
-Très bien, j'arrive...

Samyël s'apprêta à déchirer la missive mais se ravisa au dernier moment. Après tout... Cela pouvait peut être intéresser certaines personnes? Ce Shinji peut être? Vu les regards méfiants qu'il avait lancés à Maharu, nul doute qu'il avait des histoires avec les Gerudos. Il serait sûrement heureux d'apprendre qu'il dînait avec deux ce soir!

-Ha, mon bon Samyël, cet altruisme, toujours! Vous êtes décidément trop bon, ironisa-t-il.

Et sur cela, il éclata de rire et enfouit la lettre dans une des poches de son long manteau, avant de prendre la direction de la ferme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maharu Silna
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Âge du perso : 17 ans
Race : Gerudo
Date d'inscription : 01/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Feminin
Devise: La vie est un jeu. Alors autan en profiter.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Jeu 17 Juil - 21:20

(Mézant j'avais dit pas le piaf x3)

On eut plus de mal à retrouver la trace de la jeune fille, mais en entendant un « A table » de la cuisine, Maharu n'attendit pas plus pour descendre de son perchoir. Quand elle arriva les plats étaient déjà servis. Samyël était assis et fixait la métisse, un air satisfait accroché au visage. Qu'il fasse le fier, cela ne durerait pas bien longtemps. Tant qu'on la prenait pour une adolescente inoffensive et complètement stupide, tout allait pour le mieux. Une place était vide à côté de Silya, sûrement la sienne. Une part de poulet accompagnée de salade et de pommes de terre fumaient déjà dans l'assiette. D'un geste elle s'empara de l'assiette et des couverts et s'en alla, sous les yeux ahuris de ceux étant à table. Sentant quelques regards se poser sur elle, Maharu se retourna et les observa avant de comprendre que la gêne venait de son attitude.

- Ho… veuillez m'excuser, mais manger en compagnie d'autant de personnes ne fait pas partie de mes habitudes. Et puis je dois admettre que, si je reste à table, je ne pourrais pas me retenir de faire quelques... bêtises.

Ce qui en soi était vrai, la gerudo avait une furieuse envie de balancer son plat à la figure du mercenaire. Mais gâcher une si bonne nourriture serait vraiment dommage. Quand à Alsaën il était parti chercher une personne qui manquait à l'appel apparemment.

Maharu sortit donc dehors se cala entre deux murs de la ferme avant de manger tranquillement. Ces plats étaient quand même autre chose que les maigres morceaux de viande rance que l'on trouvait dans la forteresse. Les Hyliens ne se rendaient-ils pas compte qu'en ignorant ainsi le peuple du désert, ils ne faisaient qu'empirer la menace qui pesait sur eux depuis si longtemps ? Étaient-ils imbus d'eux même à tel point qu'ils ne se souciaient plus d'une potentielle menace ? Menace qui aurait put être évité s’ils avaient eu l'intelligence d'agir avec plus de diplomatie. Croyaient-ils vraiment que les Gerudos allaient rester à jamais à croupir dans cette étendue désertique sans tenter ne serait-ce qu'une seule fois de s'en sortir ? Car avant que cette malédiction d'envie et de pouvoir n'envahisse le coeur de leur roi, il s'agissait avant tout d'une envie de vivre, de vivre dans un monde meilleur. L'ignorance des Hyliens, ainsi que le milieu déplorable dans lequel vivait les Gerudos avait amené la rancoeur, la rancoeur laissa place à la haine et ainsi de suite. C'était un cercle vicieux, mais il était malheureusement trop tard pour la tranquillité d'Hyrule. La paix n'était plus qu'illusoire désormais, en fait elle avait était rompue le jour ou leur Roi s'était avéré bien pire que le précédent.
Et dans toute cette histoire, Maharu ne se révélait n’être qu'une vulgaire petite marionnette. C'en était presque rageant. De toute manière, qu’elle se soit retrouvée être dans un camp ou dans l'autre, cela n'aurait pas changé grand-chose.
Les Hyliens l'aurait autant méprisé que les Gerudos. Ils n'étaient pas meilleurs. Elle aurait eu exactement le même rôle, un pion utile, très utile dans la mesure ou s'en débarrasser n'était pas un problème.
Toutes ces personnes, si l'une d'entre elle venait à être mise au courant de sa nature, les jolis sourires, la gentillesse, tout ça, s'effriteraient pour ne devenir qu'une froide pitié et suspicion. Il ne fallait pas se leurrer. Dans un sens comme dans l'autre.

Cette Susie était vraiment bonne en cuisine, son poulet était délicieux. Elle déposa son assiette par terre, vide de toute nourriture et se massa distraitement l'épaule. Un bon massage ne serait pas de refus, un bain aussi… autant dans le désert, ce genre de luxe n'était pas permis autant dans la plaine... Barboter dans l'eau pendant des heures sans se soucier de rien, quel plaisir. En parlant d'eau... Une idée intéressante traversa l'esprit de Maharu en repensant au liquide froid et limpide.
Elle n'aurait put expliquer pourquoi, mais elle savait que Samyël s'était déjà occupé de sa vengeance la concernant, c'était tout à fait son genre. Peut-être la mettrait il en oeuvre plus tard, peut-être l'avait-il déjà fait. Elle n'allait pas attendre pour le vérifier. Ce soir, elle agirait. Avec un peu de chance, Silya serait avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alsaen Dariühl
Archer grammariste
Archer grammariste
avatar

Nombre de messages : 209
Age : 28
Profession : Archer émérite naturaliste
Âge du perso : 24 ans (Hyliens)
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Hylien (aux 3/4)
Sexe: homme
Devise: Je croirai en un Dieu quand je cesserai d'aimer les Hommes; mais croire en vous, Déesses, ne m'en empêche en rien.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Jeu 17 Juil - 21:59

- Je suis désolé si je me montre indiscret, Toshiro... Je m'intéresse beaucoup à toi. Tu es un cas surprenant -oh, excuse-moi si je te fais passer pour un objet d'étude... Juste...
L'Hylien aux cheveux blancs leva un sourcil, ne comprenant pas bien où il voulait en venir.

- Tu te rends compte que tu sembles avoir découvert une forme d'elixir de jouvence ? Tu restes jeune, alors que tu as déjà tant d'années derrière toi... C'est fascinant, pas vrai ?
Le "jeune" homme soupira; visiblement, l'archer ne comprenait pas -et n'envisageait pas même- ce qui était la cause de tout ça...

- Ta blessure est étrange, aussi, mais ne semble absolument pas grave. Tes mouvements du bras sont normaux, ce n'est pas affreusement profond, c'est correctement cicatrisé. Donc c'est juste... bizarre.
- Je... commença Toshiro, mais Alsaen le coupa.
- Allons, viens manger, je te dis. C'est un ordre, haha ! Non, sérieusement, le repas ne serait pas le même si l'un de mes amis ne mangeait pas avec moi. Je t'en prie, descendons...
Il remarqua alors avec un sourire que Toshiro se leva du lit pour le suivre.
Arrivant en bas, il eut une nouvelle surprise : Maharu avait disparu.


- Allons, Susie, tu sèmes tes invités, maintenant ? Je vais la chercher.
- Al, elle a demandé d'elle-même à...
- Tutut. Messire Samyël, vous avez la bonté de nous offrir votre présence, malgré le fait qu'on ne se connaisse pas le moins du monde, encore; Morrigane, ma chère petite, ta présence à table est exemplaire, malgré ton jeune âge; Damoiselle Silya, tout autant que les autres, vous avoir à nos côtés pour ce repas est délicieux. Le faire est ce qui se fait; je vais chercher Maharu, pour que ce dîner se passe parfaitement pour tous, et que chacun de nous profite du visage de chacun.
- C'est vrai, ça, grogna Dorgos joyeusement, on mange tous à table, on doit tous y être assis ! Alsaen, tu vas la chercher ? Tu pourras dire que ça me fait plaisir si elle vient avec nous ? Tu pourras aussi lui demander pourquoi elle est partie ? C'est moi qui lui fais peur, peut-être ? Ou je prends trop de place ?
Souriant avec Shinji de la facétie du Goron, Alsaen accepta et se dirigea dehors. Il retrouva rapidement la Gerudo -qu'il ignorait comme telle, bien sûr... pour le moment.

- Vous voilà ! Vous nous avez manqué !
- ... pour deux minutes ?
- Deux minutes d'absence d'un joli minois, cela suffit à creuser le coeur. Suivez-moi, je vous en prie.
-... j'ai fini de manger.
- Vous êtes rapide... mais c'est le principe que je vous demande de respecter : je veux vous avoir à ma table.
- Non, merci...
- Damoiselle Maharu, venez immédiatement, ordonna-t-il avec ironie et un léger sourire. Allons. Je vous en prie... faites-moi plaisir...
Maharu soupira, puis se releva.

- Merci beaucoup. Vous savez, vous me faites vraiment penser aux gerudo, ces belles dames, élancées et mystérieuses. Vous êtes sûre de ne pas avoir d'origines désertiques ?
Maharu rougit, mais ne répondit pas alors qu'ils s'avançaient vers l'entrée.

- J'aimerais tant rencontrer l'une d'elles... je me sens si désolée pour ces femmes, qui mériteraient, comme tout être vivant et conscient, un toit décent et une vie grandiose. Les conditions de vie, dans le Désert, sont abominables, m'a-t-on dit... Vous ne croyez pas, vous, mademoiselle, qu'elles souhaiteraient peut-être enfin avoir le droit d'oublier leurs souffrances quotidiennes, en venant chez nous ?... enfin, je suis sûrement ethnocentriste, si ça se trouve, leur mode de vie, libre et strict, est le meilleur qui soit... je ne sais pas -après vous...
Et Maharu passa devant, avec son assiette, et s'assit, gênée, à table. Alsaen, ensuite, se mit deux ou trois places plus loin. Le repas était délicieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.auteurduneheure.canalblog.com
Shinji Yuurei
Modérachieur
Modérachieur
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 26
Profession : Stratège
Âge du perso : 148
Race : Twili
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Twili
Sexe: Homme
Devise: "Une vie est une chose si éphémère, si imprévisible, que l'on doit s'efforcer de la protéger à tout prix."

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Sam 19 Juil - 4:39

Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas si bien mangé! Shinji se régalait vraiment. Tout était délicieux. Même dans le Crépuscule, il n'avait jamais mangé de si bonnes choses. Il laissa son assiette vide devant lui et se laissa choir au fond de son siège.
Un mouvement près de lui attira son regard. C'était ce Samyël. Il lui faisait passer un morceau de papier plié, aurait-on dit. Mais oui, c'était bien cela. Cet homme était décidément très étrange. Le papier était-il signe qu'il souhaitait s'entretenir en privé avec lui?
Tandis que tout le monde bavardait gaiement, le Twili lut la lettre. Son visage ne changea absolument pas d'expression. Relevant la tête, il capta brièvement le regard espiègle du destinataire, visiblement ravi d'avoir pu jouer un nouveau tour à Maharu. Il le remercia d'un léger signe de tête. Samyël ne répondit pas.
Placé non loin de Maharu, il glissa la lettre dans sa poche en un geste large qui ne manqua pas d'attirer son attention. Son coeur lui sembla s'arrêter lorsqu'elle reconnut le papier et le tracé formé par son écriture.


- J'aimerais profiter du moment pour vous raconter une petite histoire. Mes amis l'attendent depuis un certain moment, je ne peux leur faire faux bond. Oh, vous aussi, restez à table pour l'écouter, ajouta-t-il en s'adressant directement, avec une expression totalement neutre, à Maharu et Silya.

Cette dernière n'avait rien remarqué.

- Il était une fois un Twili, haut gradé dans son Royaume. Un jour, ce Twili fut amené à enquêter sur l'ouverture inhabituelle d'un passage vers cette terre nommée Hyrule. Et, trop peu prudent, il y fut happé.
Il atterrit dans le désert, voyant le soleil pour la première fois. Puis il marcha longtemps, longtemps dans le désert, harassé par la chaleur, jusqu'à arriver à un vaste lac. Et à cet endroit campait une jeune femme. Son nom... était Zirän Hyrule.

Quelques personnes tressaillirent à cette nouvelle. Shinji grimaça et continua.

- Après un petit accrochage, le Twili et la princesse s'aperçurent bien vite qu'ils étaient traqués par un groupe de soldats. Dix femmes, très bien entraînées. Ils se replièrent donc dans des ruines. Stupidement, la princesse ne confia pas ses intentions au Twili. Et lui, désireux de protéger leurs deux vies, arracha l'âme des dix tueuses d'une seule attaque. A ce moment, une onzième apparut, prenant la princesse en otage. Le Twili vola une fois de plus à son secours, se faisant sérieusement blesser en la renvoyant au coeur du Désert.

Il marqua une petite pause. Les membres de la Brigade du Crépuscule et Susie avaient reconnu ce passage. Ainsi, c'est ce qui avait causé l'état lamentable dans lequel il leur était apparu. Seul Dorgos savourait cette histoire comme il le ferait avec un conte traditionnel, ne semblant pas se soucier du fait qu'elle était, oui ou non, tirée d'événements réels.

- Donc, continua Shinji, imperturbable, accélérant un peu plus sa narration, la princesse fut sauvée de ce peuple du désert nommé Gérudos, qui avait essayé de les tuer tous deux. Et après ça, au lieu d'avoir un minimum de considération pour lui, elle lui dit qu'il s'était comporté comme un imbécile, utilisant une trop grande puissance avec trop peu de sagesse. Alors qu'elle ne lui avait rien révélé de ses projets, ne lui accordant pas sa confiance, exposée à toutes les attaques, tandis que le Twili avait risqué jusqu'à sa vie pour elle! Alors, malgré la menace de la lame de la princesse sous sa gorge, il lui dit ses quatre vérités et se téléporta de justesse assez loin d'elle pour pouvoir s'aventurer dans les Plaines. Et, certain de ne pas être suivi, il s'aventura dans une petite ferme, où il rencontra quatre merveilleuses personnes: trois combattants hors-pair, nommés Alsaen Dariühl, Dorgos Forgravier et Toshiro Phenoria, ainsi qu'une femme dévouée et excellente cuisinière, Susie.

Il se leva, contourna le siège des deux Gérudos et plaqua avec force la lettre au milieu de la table, à la vue de tous.

- Depuis ce jour, le Twili ne cessa pas de considérer les Gérudos comme ses ennemies. L'histoire pourrait se terminer ainsi; cependant, le dernier paragraphe reste à écrire.

Il se plaça devant la porte d'entrée, coupant toute retraite, et commença à jouer nerveusement avec sa sphère lumineuse.

- La suite dépend de nos deux jeunes amies ici présentes, dit-il, appuyant bien sur le mot "amies", vrillant son regard dans celui des Gérudos, tour à tour. Il arriva qu'au cours de ses voyages, le Twili rencontra deux de ces Gérudos, se présentant à lui sous une fausse identité et cachant leurs origines. Grâce à un mystérieux inconnu, il put finalement les démasquer. Alors, il entra dans une colère noire envers les deux traîtresses qui lui avaient menti, même s'il la dissimulait.

Pas de doute, le sous-entendu était très clair.
Tandis que Samyël arborait un air suffisant, profitant de chaque seconde, le fond des yeux de Shinji vira au rouge. Il baissa doucement la tête, son visage dans l'ombre de son casque. Seul un éclat de feu brillait au milieu de cette masse sombre, fixant Maharu et Silya sans cligner une seule fois.


- Ces deux Gérudos avaient-elles une excellente raison d'agir ainsi, et eurent-elles la vie sauve? Ou - et sa voix devint plus forte, plus vibrante, et il détacha chaque syllabe distinctement - le Twili leur arracha-t-il douloureusement leur âme à chacune pour les punir de leur affreuse tromperie, visant uniquement à attenter à sa sécurité? Car ce Twili n'était pas de ceux dont l'honneur peut être terni...

Et à la fin de sa phrase, sa sphère verte se mit à luire avec une intensité plus forte que jamais, changeant constamment de forme. Son visage totalement dissimulé dans l'ombre, baignant dans une lumière rouge, sa main crispée sur son arme prête à l'emploi, toutes les marques serpentant sur sa peau luisant comme jamais d'un éclat azur dont la lueur découpait distinctement les contours de son imposante stature le long de la porte, et même le simple ton de sa voix, tout en lui semblait avoir subi une étrange mutation. La trahison, chose qu'il détestait par-dessus tout, semblait avoir changé l'être calme et réfléchi en un véritable monstre, une bête sauvage sans raison, ni scrupules, ni pitié, existant uniquement pour la vengeance et le carnage, prête à lacérer l'esprit de chaque personne contre laquelle sa haine se tournerait, et qui dégageait une mystérieuse aura, une atmosphère pesante, étouffante même, de celles qui vous donnent envie de vous enfuir dès l'instant où vous la ressentez, le plus loin possible de celui qui la génère, votre corps agissant de lui-même, tous les sens en déroute. Une atmosphère, enfin, chargée de reproches, de colère, de haine même, voire d'envies destructrices intenses car trop souvent retenues; bien sûr, le Twili serait capable de pardonner, de se calmer sur-le-champ si une excellente excuse lui était donnée. Mais le moindre mouvement, la moindre incartade, ou la simple confirmation de ce qu'il pensait... Signifierait, pour toutes deux, et sans se soucier d'éventuelles supplications, un châtiment pire que mille morts, une annihilation totale et impitoyable de chaque petite parcelle de leur âme.
Non, il n'était pas de ceux dont pouvait se jouer SANS JUGEMENT AUCUN...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toshiro Phenoria
Peuple Hylien
Peuple Hylien
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 32
Profession : Voyageur solitaire
Âge du perso : 12
Race : Hylien
Date d'inscription : 04/06/2008

Votre Personnage
Race: Hylien
Sexe: Masculin
Devise: il en faut beaucoup pour m'impressionner

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Sam 19 Juil - 7:04

Le discours de Shinji avait secoué tous les gens qui se trouvaient dans la ferme. Tous.. sauf deux personnes; Samyël qui, sans doutes très fier de son coup, attendait sans rien dire la prochaine réaction du Twili et... Toshiro. Le jeune hylien regardait, en silence et sans réagir, la troublante scène se dérouler. En fait, il partageait la haine de son ami envers les Gerudos, ce peuple disgracieux et sans pitié qui lui avait causé un tort irréparable... un mal si dur et éprouvant qu'il en porte toujours un souvenir... un souvenir qui restera gravé à jamais... sur son bras droit.

Alsaen croyait qu'il avait découvert une forme d'élixir de jouvence... Rien n'était plus loin de la vérité. Si Toshiro a toujours l'apparence d'un garçon de 12 ans alors que son âge réel était beaucoup plus élevé, c'est qu'il y a bon nombre d'année, le jeune hylien a été victime d'une sournoise et horrible attaque de la part des Gerudos...

Plus de 90 ans auparavant, Toshiro n'avait pas la même apparence qu'aujourd'hui: ses cheveux était bruns et ses yeux verts. Il venait de fêter son 20e anniversaire de naissance. Alors que le jeune homme se baladait dans les montagnes qui longeaient le Désert, il fut assailli par des Gerudos. Un féroce combat s'engagea alors. Durant cette chaude lutte, Toshiro senti une violente douleur au bras droit. Il vit alors qu'il lui avait lacéré l'avant-bras avec un poignard. Soudain un horrible de sensation prénétra en lui. Son corps commençait à se métamorphoser. l'hylien perdit tous ses cheveux d'un coup, sa peau se mit à vieillir ses ongles se rallongeait...

Pas de doutes, le poignard qui avait coupé son bras était empoisonné et il devenait lentement mais surement un monstre. Profitant de ses derniers instants de lucidité, Toshiro dégaina son sabre et appela Hyorinmaru. Voyant l'état lamentable de son maître, le Dragon entreprit de s'incorporer dans l'âme de ce dernier afin de conjurer le mauvais sort. Son pari fut réussi, mais même si l'hylien avait retrouvé une apparence humaine, son physique avait changé : ses cheveux étaient désormais blancs, ses yeux turquoises. Ce nouveau corps laissait donc clairement voir que Hyorinmaru et Toshiro ne formaient plus qu'un seul être, le Dragon étant devenu la représentation sprituelle de son maître.

c'est ainsi que pendant les années qui suivirent, le jeune hylien chercha à se venger de ce peuple qui avait sciemment détruit son ancienne vie, mais les Gerudos ne se montrèrent jamais à lui. Il crut avoir trouvé un bon moyen de les forcer à se révéler en découvrant le Miroir, un artefact qui semblait avoir des propriétés magiques impressionnantes. Mais cet objet était en réalité un portail qui le fit aboutir dans un autre monde, le Royaume du Crépuscule. Sans comprendre pourquoi, ce séjour "forcé" avait considérablement rajeuni son corps, si bien qu'il se retrouva avec la carrure d'un enfant de 10 ans, ce qui aggrava sa situation.

Aujourd'hui, environ 85 ans après sa mésaventure au Crépuscule, le corps de Toshiro a à peine vieilli. Mais son esprit et sa détermination sont aussi vifs qu'à l'époque. Maintenant qu'il fait face à deux Gerudos, l'occasion de régler ses comptes définitivement se présente enfin... Mais avant, il avait quelqeus question à poser à ces deux filles. Le gamin bondit alors sur la table et s'interposa entre elles et Shinji.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maharu Silna
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Âge du perso : 17 ans
Race : Gerudo
Date d'inscription : 01/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Feminin
Devise: La vie est un jeu. Alors autan en profiter.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Sam 19 Juil - 14:17

La situation déraillé complètement, a tel point que s'en devenait presque exaspérant.
Non seulement les choses déraillaient mais ça commençait réellement à devenir le bordel. Shinji semblait être entré dans une colère noir, Samyël jubilait (elle le taperai un de ces jour), et un gamin aux cheveux blanc était venu se mêlée à ce joyeux méli mélo. Qu'est ce qu'elle avait fait pour mériter ça? Avoir envie de passer, pour la première fois depuis longtemps, une nuit dans un lit. La luxure n'apportait décidément que des ennuies.
Dans un sens cela devenait singulièrement intéressant, mais risqué. Au pire la seule solution qui s'offrait à elle était la fuite. Encore faudrait il quelle puisse sortir et les semer.
C'était quoi leur problèmes dans cette plaine? Et après on osé dire des choses sur les Gerudos mais les habitants d'hyrule était au moins aussi cinglé que les femmes du désert, leur agissement n'avait aucun sens, tantôt calme tantôt il voulait vous tranchez la gorge sur un coup de tête.
Ça lui apprendra à vouloir un lit....
Maharu pris une profonde inspiration, et dans un geste des plus brutal frappa la table de ses deux mains pour attirer l'attention sur elle et faire taire un peu tous ce brouhaha. Elle chercha à capter le regard du Twili caché dans l'ombre de son casque.

-On se calme maintenant, dit elle d'une voix forte. Bon dans l'ordre, je peux savoir ce qui vous fais dire tous cela? Je dois admettre que vos histoires gerudo/lutin ne me regarde pas. Qu'est ce qui vous fait dire que je sois une gerudo? Et même si tel était le cas, vu vos réactions faut pas vous demandez pourquoi on cacherez nos identité, le simple fait de mentionné cette race vous donne des envie de meurtre alors j'ose même pas imaginez ce que vous feriez si vous en rencontré une au hasard des arbres de cette plaines. L'égorger sans même essayer de la connaître? Ça je n'en doute pas.

Elle soupira longuement avant d'ajouter.

-Et après on me demande encore pourquoi je n'aimes pas les hommes... Mais bon si vous haïssez tant les Gerudos que ça aller y tuer moi, et Silya aussi tant que vous y êtes, et puis toutes les filles ayant les cheveux rouge de près ou de loin. Non mais je vous jure. Je peu même le faire moi même si vous n'avez pas envie de vous salir les mains monsieur le haut gradé. A part regardé les gens de haut vous savez pas faire grand chose, après ça se dit tolérant.

Le regard sombre de Shinji se posa sur elle, aussi froid que de la glace.

-Mauvaise réponse.

Tandis qu'il s'apprêtait à se ruer sur elles, Toshiro l'en empêcha, se mettant bien entre lui et les deux demoiselles.

-Shinji attends, si ces deux filles sont réellement des gérudos, il faut que je leur parle. Elles seuls peuvent me répondre, c'est une chance inespéré pour moi.
Shinji se calma légèrement, Silya et Maharu n'avait pas bougé. De toute manière l'endroit n'était pas propice à une évasion.

-Très bien. Pose tes questions j'aviserai ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alsaen Dariühl
Archer grammariste
Archer grammariste
avatar

Nombre de messages : 209
Age : 28
Profession : Archer émérite naturaliste
Âge du perso : 24 ans (Hyliens)
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Hylien (aux 3/4)
Sexe: homme
Devise: Je croirai en un Dieu quand je cesserai d'aimer les Hommes; mais croire en vous, Déesses, ne m'en empêche en rien.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Sam 19 Juil - 15:50

- Attendez, s'interposa Alsaen.
Il avait été abasourdi par l'aventure de Shinji, comprenant dès le début de son récit de la véracité de ses propos, et impressioné d'apprendre qu'il était capable de prendre la vie de dix êtres d'une seule attaque...
Mais il ne pouvait se résoudre à laisser des gens, à cette table, se faire blesser... ou pire.

- Que tous ceux qui ne connaissent rien à la pratique des armes sor -non, plutôt... que tous ceux capables de se battre aillent dehors. Je ne veux pas un seul dégât dans cette maison, pas le moindre.
Comprenant, Shinji se leva; Dorgos, intrigué par la tournure des évènements, l'imita, et Silya et Maharu, voyant clairement qu'aucune chance de fuir ne se présentait -de plus, cela aurait totalement détruit leur couverture déjà affreusement fragile; Toshiro les suivit de très près, encore méfiant. Seuls les deux brigands, Susie et Samyël restèrent àtable.

- Oh, messire Samyël, murmura l'archer, quand bien même vos aptitudes martiales seraient nulles, je vous demanderai de nous suivre... J'ai pu apercevoir votre petit jeu lors de ce repas -délicieux, au demeurant, merci beaucoup... et je vous demanderai, car responsable en partie de tout ça -pas forcément coupable, bien entendu-, de nous suivre. Susie, je t'interdis de bouger d'ici, tu m'entends ?
Et ils partirent alors à l'endroit où, la veille, ils avaient admiré les différentes capacités de chaque membre du groupe...
Alsaen parla le premier, énervant Toshiro, qui voulait clairement avoir des réponses.
Il demanda le papier, le lut, et vit bien que de nombreux soupçons pesaient sur elles, désormais, et à juste titre.


- Mesdemoiselles Silya et Maharu, je voudrais tout d'abord vous présenter toute ma confiance. Je sais que j'en surprends beaucoup ici, mais j'ai la certitude que, quelles que soient vos intentions, vous ne seriez pas prêtes à nous trancher la gorge dans notre sommeil, ou à tenter tout attentat contre nous. Je ne doute pas que vos projets sont mauvais, certes, mais j'ai plus de mépris, dans ce cas, pour le cerveau de votre opération que pour vous-mêmes.
C'est pourquoi, avant toute chose, je veux que vous me répondiez, avec la sincérité la plus absolue et la plus franche, si vous êtes ou non des Gerudo.
(Coupant la parole à la jeune fille qui, de nouveau, allait virulemment se défendre) Calmez-vous. Je sais bien que vos propos, à table, étaient tout sauf véridiques. La colère que vous ressentiez, et la tension due à votre inquiétude qui naissait de vos paroles étaient palpables. Demoiselle Silya, également, j'ai bien vu votre inconfort lorsque Maharu a affirmé ne pas être Gerudo. Malgré tout, je vous le répète : je n'ai des doutes qu'envers votre origine, pas envers vous. Je sais que vous seriez incapables de nous faire du mal sans en avoir reçu l'ordre ou sans y être forcées -j'en ai la certitude.
Ainsi, j'aimerais, en mon nom, vous faire la promesse de ne rien vous faire risquer si jamais vous avouiez votre origine désertique. Rien ne vous sera fait de ma part. Cela, Toshiro, te donnera le droit de les questionner, car si tu veux parler aux Gerudos, il faut que ces femmes en fassent partie.
Toutefois, cela prouvera à chacun de nous que vous êtes des êtres qui peuvent mériter toute confiance. Shinji, je vous en conjure, comprenez que si elles admettent, elles auront compris leur position difficile et le fait qu'elles peuvent se confier à nous; elles s'offrent donc à nous, et acceptent de nous faire confiance elles-mêmes... Et par conséquent, à tous ceux qui ont une intention vraisemblablement néfaste à leur encontre, veuillez réfréner vos pulsions jusqu'à leurs aveux...
Prenant alors la main de chacune, il termina par ces paroles :

- Mesdemoiselles, ces hommes vous soupçonnent, quoi que vous soyez. Et moi-même, je vous l'avoue, je considère que vous êtes du Désert. Mais si vous leur mentez de nouveau sur vos origines, ils le sauront, ils le devineront, et ils feront de vous ce qu'ils voudront... Par contre, si la vérité sort de vos lèvres, tout sera apaisé. Ils vous accepteront, ils vous écouteront, et, si jamais vous vous montrez valeureuses, ils vous feront confiance...
Alors, au moins pour moi, si jamais je suis moi-même, pour vous, quelqu'un en qui on peut croire... Ne le dites qu'à moi, pour commencer. Rien qu'à moi. Ce sera déjà un pas vers la vérité et vers la sincérité, qui pourra grandement vous sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.auteurduneheure.canalblog.com
Maharu Silna
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Âge du perso : 17 ans
Race : Gerudo
Date d'inscription : 01/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Feminin
Devise: La vie est un jeu. Alors autan en profiter.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Sam 19 Juil - 23:57

(Bon a la demande de Alsa, je post la suite... Donc ché de SA faute Silya ;-Wink
EDIT d'Alsaen : Muhaha, j'ai juste dit qu'elle pouvait poster la suite que VOUS aviez réalisée, hein ! Donc sachez que tout ça, c'est Silya ET Maharu qui l'ont écrit !)

Ma foi… elles avaient déjà été découvertes. Pour commencer, Silya nota en elle-même qu’elle devait frapper Samyël, puis seulement analysa –très rapidement- la situation. Si Shinji semblait prêt à les massacrer toutes les deux, Toshiro, lui, voulait apparemment leur poser des questions…
Bon. Pendant qu’Alsaën tentait de calmer la situation, les méninges de Silya se remirent en route à toute vitesse. Elle comprenait pourquoi ils en voulaient aux Gerudos, mais il était clair qu’ils ne semblaient pas se rendre compte de ce à quoi elles faisaient face depuis des années…
Et autant Silya n’aimait pas son Roi, autant, si c’était pour son peuple, elle était capable de mentir, tricher, tromper.
Mais non, pas tuer. Alors, sa seule solution lui apparut aussi claire que du cristal. Depuis tout à l’heure, le fait que le Twili la fixe avec autant de suspicion lui portait sur les nerfs. Elle-même était en train de s’énerver. Elle avait laissé parler Maharu jusque-là, mais en avait réellement assez.

- Très bien, commença-t-elle froidement. Vu la situation, je n’ai en effet pas le choix… je suis bien du Désert. Je suis tout ce qu’il y a de plus Gerudo… mais je ne suis pas là pour faire du mal à qui que ce soit. Toutes les Gerudos ne sont pas assoiffées de sang… et je suis d’entre elles.

Elle avait décidé d’avouer. Elle se doutait, de toute façon, qu’en raison de sa couleur de cheveux et de peau, sa couverture ne tiendrait pas longtemps. Par contre, question évasion, si, elles avaient un moyen, si besoin était.
Donc, tout en fixant sans ciller Shinji dans les yeux, elle continua à réfléchir. Elle pouvait choisir de changer de camp… et pourtant, elle ne le ferait pas. Parce que son peuple méritait autre chose qu’une étendue désertique, sans autre paysage que des interminables dunes… si lui-même y avait voyagé, alors il y avait une chance qu’elle comprenne. Parce que les sentiments de Silya commençaient à se mélanger. Colère, doute, peut-être un peu de peur, et le tout ne semblait pas vouloir se calmer, mais commençait plutôt à secouer la jeune fille.

- Quand à une excuse… continua-t-elle, calmement, malgré tout, je dirais simplement… regarde autour de toi. Ici, il ne fait pas un soleil de plomb, il ne faut pas lutter contre la chaleur en permanence, il n’y a pas que du sable a portée de vue. Du sable, des dunes, du sable… et rien. Rien d’autre. Le moindre vent ressemble à une tempête. Nous voulons simplement vivre comme les autres, sans être en permanence rejetées, loin de cette prison. Tu as voyagé dans le désert, tu y sais les conditions. Mais tu n’as que voyagé. Nous vivons là-bas.

Elle débitait d’une voix monocorde, trop dénuée d’émotion pour qu’on croie que cela ne la chamboulait pas.
Quand a Maharu elle n'avait ciller, elle posa son bras sur Silya et s'appuya sur elle nonchalante. Elle s'approcha de son oreille et murmura de sorte qu'elle sorte puisse l'entendre.

-Si ca continue comme ça, il va vraiment finir par me les couper...

Remarque qui donna un petit sourire à Silya. Elle toisa les hommes lui faisant face. Décidément, ils se croyaient vraiment supérieure au autre ceux là.

-Ne pensait surtout pas que cela veut dire que nous vous donnons notre confiance. Que cela soit bien clair, insista l'adolescente en portant son regard sur Alsaen. Vous avez de drôle de manière pour demander ainsi l'identité des gens un couteau sous la gorge. Pour ma part, je fais également partie du peuple du désert, mais ne suis pas Gerudo. C'est tout ce que j'ai à dire.

C'est à ce moment que son regards se posa sur Samyël, visiblement satisfait de la tournure des choses.

-Ho... Une dernière chose.

Sans que personne n'ai pus comprendre quoique se soit, Maharu s'était fiché devant le mercenaire, lui sourit gentillement, avant de lui envoyé un splendide coup de pied en plein de l'entre jambe, sans la moindre retenu. L'homme ne s'y attendant visiblement pas se reçu le coup de plein fouet et se plia en deux dans un grognement de douleur. Quand à Maharu elle reprit sa place au côté de Silya en sautillant sourire sadique collé aux lèvres.

-Je déteste que l'ont se foute de ma gueule. Finit elle par ajouter d'un ton glacial, la satisfaction d'avoir put se défouler brillant dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samyël Aetherson
Peuple Hyrulien
Peuple Hyrulien
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 25
Âge du perso : 35 ans
Race : Hyrulien
Date d'inscription : 29/06/2008

Votre Personnage
Race: Hyrulien
Sexe: Mâle
Devise: Vous faites crédit?

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Dim 20 Juil - 0:33

Bordel! La foutue, foutue, foutue garce! Malgré toute la richesse de son vocabulaire fleuri, Samyël ne parvenait pas à trouver l'adjectif parfait pour qualifier la fillette. Plongé dans les abîmes brumeuses de la souffrance, il vit sa vie défiler puis se rappela à l'ordre en se traitant d'idiot.
Boudidiou! Heureusement qu'il portait cette fameuse coque qui lui avait valu tant de moqueries, pour parer à ce genre de coups lâches et sournois. Sinon, il doutait qu'il eût pu encore longtemps s'affirmer en tant qu'homme.

'Pas allé avec le dos de la cuillère, la garce!

Prostré sur les genoux, face contre terre, la main droite plaquée sur l'entrejambe, il n'en menait pas large. Sa seconde main tremblait et s'agrippait nerveusement à une touffe d'herbe. La haine, la colère, mais également le soulagement se disputèrent à l'intérieur de lui. En quelques secondes, il se passa mentalement toutes les malédictions qu'il connaissait, instantanées, sur plusieurs générations... Il aurait aimé à ce moment là connaître la vraie magie, pour déchaîner sur cette infâme les pires feux de l'enfer, et toute la puissance des arcanes. Il psalmodia très rapidement une centaine de mots, tous pour invoquer des illusions cauchemardesques, mais le soupçon de conscience qu'il restait dans cet océan de douleur lui soufflait qu'il n'eut pas été très prudent de se dévoiler maintenant à ces gens. Aussi, des filaments obscurs apparurent et se tortillèrent un moment autour de la main libre de l'illusionniste, changeant constamment de forme et de texture. Heureusement, ce petit manège échappa aux autres.

Ce méchant, traître, sournois, perfide et mesquin coup de semonce avait subitement brisé l'ambiance de profond malaise qui s'était établie. Les hommes regardaient le pauvre Samyël avec compassion, se mordillant les lèvres en s'imaginant eux mêmes à sa place. Quant aux Gerudos, elles jubilaient proprement.

Samyël chercha un moment son souffle, puis lorsqu'il eut suffisamment récupéré il se redressa sur un bras, le buste toujours incliné vers le sol. La respiration lourde et saccadée, il essaya de se calmer. Il releva un peu la tête et jeta à Maharu un coup d'oeil en biais, à travers ses cheveux.

"Bordel, c'est sûr, soit je l'épouse, soit je la tue!"

Malgré tout, il ne put s'empêcher de lâcher un petit sourire satisfait. Bien qu'il montrât le contraire, en réalité il n'en menait pas bien large tout à l'heure. C'était allé beaucoup trop loin. S'il avait su que ce Twili était taré en plus d'être galonné, il y aurait réfléchi plutôt deux fois qu'une. Lui ne désirait qu'une petite vengeance, pas un arrêt de mort.
Et puis voilà-t-y pas que la marmaille albinos s'y était mise aussi...

"T'es trop vieux, prend ta foutue retraite, trouve toi un coin et crèves-y tranquille..."

Finalement, Maharu s'y était bien prise. L'illusionniste pouvait bien surmonter cette "petite" douleur...
Mais quand même, elle aurait pu frapper moins fort, chiasserie! Alsaën apparut soudain à son côté.

-Messire Samyël, vous... vous allez bien?

Le mercenaire accepta, pour une fois, l'aide proposée de bon coeur, et répondit:

-Tout... tout baigne... Quelqu'un... Quelqu'un aime la purée de châtaigne?

Malgré toute l'ironie de la blague, celle-ci fit mouche, et quelques rires timides se firent entendre.

-Je vais... Je vais m'étendre un peu, sur ce banc...

Samyël s'appuya sur l'archer et claudiqua jusqu'au dit banc où il se laissa choir avec bénédiction. La douleur passait un peu, mais ça restait épouvantable...

...
...

Cependant, cela ne l'empêchait pas d'ourdir de nouveaux plans de vengeance!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinji Yuurei
Modérachieur
Modérachieur
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 26
Profession : Stratège
Âge du perso : 148
Race : Twili
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Twili
Sexe: Homme
Devise: "Une vie est une chose si éphémère, si imprévisible, que l'on doit s'efforcer de la protéger à tout prix."

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Dim 20 Juil - 4:07

Mais comment pouvaient-ils ne PAS voir ce qui se passait réellement?
Le Twili, légèrement en recul par rapport aux autres, s'était un peu calmé, retrouvant ses capacités habituelles. En dehors de ce qu'il avait dit, et il savait également que ses camarades y pensaient, il se méfiait surtout des Gérudos à cause de ce qu'a dit le Roi. Il leur avait clairement annoncé que leur souverain voulait sa tête. Et cela, il ne pouvait l'annoncer à voix haute, car ce serait la preuve immédiate et irréfutable que le Roi ne comptait pas le moins du monde se plier à ses désirs, déclenchant une guerre inarrêtable qui mettrait Hyrule en situation précaire, du moins tant que l'aide du Royaume du Crépuscule n'avait pas été apportée.
Ces sombres pensées ne pouvaient lui laisser que deux choix. Soit il les laissait repartir sans y toucher, ne s'attirait pas plus les foudres de leur souverain, mais laissait là-dedans une petite possibilité qu'elles lui en fassent le récit et qu'il se doute de quelque chose.
Ou alors, il prenait malgré tout leurs deux vies. Il capterait toute l'attention du souverain Gérudo, avec tous les risques que cela implique, mais le forcerait également à se désintéresser temporairement des agissements du Roi d'Hyrule.
Sa vie ou tout un peuple. Pas même une hésitation à avoir.
Il se glissa doucement près de Silya, la cible la moins méfiante, la moins apeurée, et surtout la plus silencieuse et la plus apte à s'éclipser afin de faire un rapport. D'un grand mouvement, sa main enserra sa gorge et il la plaqua de toutes ses forces au sol, le craquelant légèrement sous la pression. Alors qu'il était décidé à ne pas perdre la lutte avec elle, ce fut à nouveau Alsaen qui fut le premier sur lui pour le maîtriser et l'empêcher de terminer son action, grandement différente de sa manière habituelle d'attaquer.
Shinji, lui, ne pourrait lever la main sur son compagnon. Il décida donc de tourner le dos à la petite assemblée. Passant devant Samyël, il murmura:


- Croyez-moi, d'une manière ou d'une autre, le tort causé à votre virilité sera vengé.

Il pénétra à l'intérieur de la ferme, ignora royalement Susie et alla directement s'écrouler sur un lit, les yeux dans le vague.
D'habitude, il n'agissait pas de cette manière. Sa haine ne montait jamais jusqu'à un tel niveau. Quelle était donc la cause de ces sentiments qui l'avaient soudainement envahi?
Il se prit à rêver à une vie où il n'aurait pas tant de responsabilités, une existence sans voile de mystère, sans ombre qui cachait ses origines. Puis une idée lui vint. Une simple théorie. Il ne connaissait pas les pouvoirs de ce casque qu'il portait, et se sentait plus calme et apte à la réflexion lorsqu'il l'avait sur lui. Peut-être sa colère était elle également plus vive?
Il verrait cela demain, de toute manière. Qu'ils fassent ce qu'ils voulaient, cela ne le regardait plus. Ses alliés avaient empêché chacune des options garantissant le moins de risques. Une vie ne devait pas être gâchée, certes, mais il savait mieux que personne que malgré tout, certaines situations existaient dans lesquelles on n'avait pas le choix. Et une utilisation du masque de Keaton serait un véritable gâchis en cette situation. S'ils avaient une idée, qu'ils l'appliquent!
Sachant deux ennemies dehors, il tenta alors de s'endormir, du sommeil léger qui le possédait durant les assauts en bordure de la capitale du Royaume du Crépuscule.



[HRP: Bon, je pars pendant douze jours. Donc, je vous laisse faire agir mon personnage. La majorité des infos dont vous aurez besoin se trouvent dans mon post. Pour le reste, Maharu sait à peu près comment je réagirais selon le cas de figure. Mais sachez que je suis résigné à ne plus prendre d'initiatives envers les deux Gérudos et à peu près calme pour l'instant. A la prochaine^^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maharu Silna
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Âge du perso : 17 ans
Race : Gerudo
Date d'inscription : 01/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Feminin
Devise: La vie est un jeu. Alors autan en profiter.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Mar 22 Juil - 14:25

Le lutin était partit non sans adresser une remarque à Samyël, les deux gerudos saisirent sans mal la menace dissimuler sous ses propos. Mais que pouvait elle faire pour le moment? De nouveau elle s'approcha de l'oreille de Silya et chuchote de manière à ce qu'elle seul puisse entendre.

-Pour le moment, restons tranquille, je réfléchie à un moyen de nous sortir de ce guêpier. Attention à tes propos.

Pour l'instant, Maharu avait du mal à tenir encore debout, une vague de fatigue avait déferler sur elle en même tant que la disparition du Twili de son champ de vision. Chaque mouvement était gêné par des courbature, sont dos la faisait également souffrir grâce à la réception du mur lorsque le lézard l'avait envoyé valsé. Et ne parlons même pas de son flanc.

-Bon, avons nous au moins le droit de retourner dans nos chambres?

Alsaen acquiesça, Maharu retourna dans l'enceinte de la ferme en prenant bien soin de claquer la porte de manière à montrer son mécontentement. Silya ne se fit pas prié plus longtemps et suivit son amie.
Une fois dans sa chambre, Maharu se jeta sur le lit, se dévêtit complètement et admira les différentes teinte que pouvait prendre sa peau sous l'effet des diverse coup qu'elle avait reçu aujourd'hui. Cette journée avait été riche en événement. Trop peu être. Installé dans son lit adossé contre le mur, elle pensa au diverse solutions qui s'offrait à elle.
Premièrement, égorger tous le monde. Elle n'aimait certes pas tuer, mais le bon fonctionnement de sa mission était en péril de plus on les avait ouvertement menacé. Seul problème, elle avait affaire à des guerrier aguerri, ils savaient qu'ils dormaient sous le même toits que des ennemies potentiel. Donc sur leur garde, ce qui diminué largement son champ d'action. De plus elle n'était pas physiquement assez en forme pour tentait une telle chose.
Deuxièmement, brûler la ferme de manière à suffisamment les occupé pour s'enfuir. La encore un problème majeur s'imposerait, ils seraient tous furieux, ce seraient problématique si elles avaient à les affronté. Et rien ne disait que le feu les occuperait réellement.
La fuite en elle même était plausible, mais si elle se faisaient rattraper, elles seraient vraiment dans la panade.
Que faire?
Pour le moment rien, elle n'était physiquement et mentalement pas en état de tenté quoique se soit. Elle avait mal de partout et relativement fatigué. Mieux valait attendre qu'elle aille mieux et faire en sorte de saisir une bonne oportunité quand cette dernière se présentera à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toshiro Phenoria
Peuple Hylien
Peuple Hylien
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 32
Profession : Voyageur solitaire
Âge du perso : 12
Race : Hylien
Date d'inscription : 04/06/2008

Votre Personnage
Race: Hylien
Sexe: Masculin
Devise: il en faut beaucoup pour m'impressionner

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Mer 23 Juil - 6:07

Au même moment, on frappa à la porte. Malgré le fait qu'elle ne voulait voir personne, Maharu décida quand même d'aller ouvrir, avec la pensée de claquer la porte au nez de ce gêneur potentiel. La femme du Désert eu un léger mouvement de recul lorsque'elle s'aperçut que c'était Toshiro qui attendait sur le pas.

-Qu'est-ce que tu veux ? Un remerciement pour nous avoir sauvé la vie à Silya et moi ??? Eh bah merci !!! Maintenant fiche le camp, compris, gamin !?

Sans plus de ménagement, la Gerudo lui ferma violemment la porte au nez. Aussitôt après, il se produisit quelque chose d'inattendu; Silya se leva, jeta un regard noir à Maharu et ré-ouvrit la porte. Le jeune hylien était toujours là, n'ayant pas bougé. L'adolescente sorti dans le couloir et referma derrière elle.

-Euh... ex... excuse mon amie. Elle est quelque peu tendue en ce moment... Alors... que veux-tu ?
-...

En guise de réponse, Toshiro montra la cicatrice sur son bras droit.

-Euh... pourquoi tu me montres ça ?
-Je voudrais savoir si la couleur de ma cicatrice te dis quelque chose...
-Bah... non pas vraiment...
-Alors dans ce cas je vais te le dire. Il s'agit d'un poison. Un poison très puissant... un poison... de mutation.

Silya parut sidérée un moment. Elle fixa Toshiro de plus près. Un poison mutant ? Elle en avait déjà entendu parler mais c'était il y a très longtemps...

-Un poison... mutant ?
-En effet. Vois-tu, il y a fort longtemps, j'ai été attaqué par des gens sans scrupules et l'un d'entre eux m'a enfoncé un poignard empoisonné dans le bras. J'ai passé à deux doigts d'être transformé en monstre, mais j'ai pu en réchapper au dernier moment... non sans y laisser une partie de mon être...
-Bah euh... j'en suis désolé, mais pourquoi tu me racontes ça à moi ?
-Parce que les personnes qui m'on attaqué... étaient des GERUDOS !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silya Neyl
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 28
Âge du perso : 21
Date d'inscription : 13/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Féminin
Devise: J'ferai ça demain

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Jeu 24 Juil - 3:37

Youpi. Encore un qui en voulait aux Gerudos. Est-ce que TOUT Hyrule leur en voulait d’exister ? Déjà que Silya était à deux doigts de perdre son sang-froid rudement mis à l’épreuve, il venait en rajouter. Elle avait bien voulu le suivre pour éviter encore d’autres problèmes, mais sa patience fondait comme neige dans le désert, elle était fatiguée, et n’avait certainement pas envie d’entendre quelqu’un se plaindre encore des agissements de son peuple. Manquait plus que Samyël vienne encore leur pourrir la vie.

- OK. Tu veux une explication ? J’en ai pas. Certaines Gerudos utilisent peut-être du poison. J’ai lu quelque chose là-dessus, oui. Mais ce n’est pas mon genre. Alors ce n’est pas moi qui vais pouvoir te dire quelque chose. Et puis, même si c’est plutôt moche comme cicatrice, t’es toujours en vie, et c’est ce qui compte, il me semble… de plus, quand bien même je saurais quelque chose, je te signale au passage qu’après ce qui s’est passé cette nuit, je ne suis pas d’assez bonne humeur pour aider qui que ce soit. Va donc demander au Twili hargneux trop accroché à son honneur s’il sait quelque chose.

Elle n’attendit pas de réponse.
Elle rouvrit la porte, la claqua avec une force inouïe, manquant de la faire sauter des gonds. Puis elle jeta à terre ses vêtements, et s’enroula sous les couvertures en grognant. Elle verrait bien le lendemain matin.

[HRP : Pardon c'court T_T]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samyël Aetherson
Peuple Hyrulien
Peuple Hyrulien
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 25
Âge du perso : 35 ans
Race : Hyrulien
Date d'inscription : 29/06/2008

Votre Personnage
Race: Hyrulien
Sexe: Mâle
Devise: Vous faites crédit?

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Jeu 24 Juil - 18:02

A un moment, le Twili, après en avoir rajouté une couche, était passé à côté de lui en murmurant:

- Croyez-moi, d'une manière ou d'une autre, le tort causé à votre virilité sera vengé.

Samyël avait alors ricané de sarcasmes intérieurement. Après tout, c'était de sa faute à lui s'il devait souffrir le martyr. Comment l'illusionniste aurait-il pu se douter que le Twili serait taré à ce point?
Mais à présent il était seul sur le banc, les autres étaient déjà rentrés. Seul... Un peu comme toujours...

-Idiot...

Maintenant que la douleur était passée, il se redressa et resta un moment le dos contre le dossier, à regarder les étoiles. Sous ses aspects de grande confiance en lui, il était en fait pétri de questions existentielles. Qui était-il? Où allait-il?
Il n'avait jamais eu de projets. Il n'avait aucun but à poursuivre. Surtout maintenant que la Compagnie était morte. Ce n'était plus qu'un pauvre vieux mercenaire, un prestidigitateur de pacotille possédant quelques notions de stratégie... La belle affaire.

Il se sentit soudain profondément nul et stupide, nul d'avoir raté sa vie, stupide de jouer à ses petits jeux de vengeance à la con. Un vrai gosse. Peut être était-il enfin temps de se trouver une femme et de se poser quelque part. Mais qui? Il ne connaissait personne. Du moins, personne qui l'aurait accepté...

Pour le moment, sa seule certitude était qu'il serait parti à l'aube. Comme toujours, foutre sa merde quelque part, et se tirer le plus vite possible pour éviter les retombées. Surtout que en ce moment il se dépassait. Presque un double meurtre aujourd'hui!

-Tss, tu parles...

Il prit une décision assez incongrue, venant de lui. Il se leva, prit la direction de la ferme et entra. Aucune lumière n'était allumée, tout le monde semblait dormir. Ou du moins se trouvait dans sa chambre. Samyël prit bien garde à ne faire aucun bruit et se dirigea vers l'escalier. Il testa chaque marche avant, pour s'assurer qu'elles ne grinçaient pas. Arrivé au milieu, il se figea. Quelqu'un parlait dans le couloir. En tendant l'oreille, il reconnut la voix du gamin -Toshiro?- et de l'autre Gerudo. Il continua sa montée, trop concentré à ne faire aucun bruit pour écouter ce qu'ils se disaient. Il passa sa tête à l'angle, et reconnut effectivement Toshiro et Silya. Cette dernière se tenait devant une porte, donc derrière ce devait être sa chambre. Celle de Maharu aurait du se trouver à côté, en toute logique.

Samyël se demanda soudain pourquoi il se trouvait là, prêt à... s'excuser. Fichtre, cela lui sonna étrangement faux. Mais les deux autres le gênaient. Il ne voulait pas qu'ils entendent ça.
Autant recourir à la bonne vieille méthode. Samyël se focalisa sur le chambre de Maharu, et se figura le plancher. Il souffla quelques mots, tandis que de l'autre côté de la porte un filet de fumée mauve s'échappait des lattes. Les tentacules fumeux se croisèrent, se groupèrent, puis finalement, un parchemin se forma, avec écrit dessus:

Toutes mes excuses. Sincèrement. S.

Voilà, c'était fait. Le sort tiendrait deux jours, après quoi l'image se désagrégerait d'elle même. Sa besogne achevée, Samyël se pressa de redescendre, en faisant toujours bien attention à n'alerter personne. Un matelas était à sa disposition dans la cuisine, mais après les événements de la soirée, il ne se sentait plus le bienvenu. Il se délogea un arbre au dehors, et s'installa dessous. Il se fit un oreiller d'une petite bosse herbeuse, et une couverture de son manteau. Sans même y penser, il brisa l'illusion de ses cheveux, et le vermeil extravagant vira à un châtain des plus banal.

Il se demanda ce qu'il ferait le lendemain. Quelle direction prendrait-il? Peut être irait-il voir ce fameux Désert du doute, et toutes les vieilleries qu'il renfermait. Peut être retournerait-il à Hyrule Town, et y trouverait-il du travail. Ou peut être qu'il reprendrait ses études de magie...

Cependant, un affreux pressentiment le taraudait. Le pressentiment que, malgré lui, son destin était maintenant lié à ces gens...

Et ça, c'était vraiment affreux pour lui à s'imaginer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maharu Silna
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Âge du perso : 17 ans
Race : Gerudo
Date d'inscription : 01/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Feminin
Devise: La vie est un jeu. Alors autan en profiter.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Ven 25 Juil - 11:46

(Bon je vais utiliser plusieurs perso, si jamais les caractères ne correspondent pas, n'hésitez pas à me le dire. )


La conversation qu'avait eu Toshiro et Silya n'avait pas échappé à la Gerudo, de même que le mot laissé par Samyël. Elle réfléchirait à tout cela après une bonne nuit de sommeil. Nuit qu'elle méritait amplement après les évènements.
Arasé par sa journée, elle n'eut aucun problème à sombrer dans les bras de Morphée. Elle dormis longuement, d'un sommeil sans rêve mais ô combien réparateur.
Ce repos lui fit énormément de bien.
Le lendemain matin, elle était en pleine forme. Ses blessures lui faisaient moins mal et la fatigue envolé. Après s'être étiré, elle soupira d'aise, son corps réagissait parfaitement signe qu'elle était apte à tenté le diable. Maharu s'habilla, puis se cala dans son lit pour réfléchir. Pour le moment la priorité était d'avertir le roi de ce qui se tramait dans la plaine. Le problème était que le Lutin ne les laisseraient pas partir aussi aisément. Tout doucement la conversation de la veille entre le gamin et Silya lui revint en tête, comme quoi écouter au porte pouvait se révéler utile.
Sans bruit elle se glissa dans la chambre de son amie et la réveilla, tâche relativement ardu quand on connaissait ses précédents de marmotte accomplis. Une fois qu'elle fût suffisamment réveiller pour comprendre les baragouinages de Maharu, cette dernière entama de lui expliquer les idées qui lui avaient traversé la tête.
Toutes deux parlèrent longuement, Silya décrit avec précision tout ce qu'elle avait vu en compagnie du groupe du crépuscule tandis que Maharu lui expliquer ce qu'elle comptait faire.
Leur discussion terminer l'adolescente repartit dans sa chambre en attendant que tous le monde se réveil, pour profitant encore quelque instant de ce calme si reposant. Ses pensées allèrent sur le mot d'excuse du mercenaire. Il s'en voulait, elle s'était vengé, il n'y avait plus lieux de tergiverser la dessus. Ses excuses étaient aussi inutile que inintéressante, elle devait se l'avouer, ce type lui tappait sur les nerfs, mais ses joutes puéril l'avait amusé. Jusqu'à une certaine mesure, il était allé trop loin en espionnant ses fait et geste pour lui prendre son message. Quand on ne savait pas s'arrêter le jeu aller souvent trop loin. Elle poussa un long soupire, très bien elle lui pardonnerai, même si elle risquait bien de ne plus jamais le revoir, chose qui l'indifférai au plus haut point. Si cela pouvait lui donnait bonne conscience. Si conscience il avait.
Il commençait à y avoir de l'agitation dans la cuisine, le bruit la tira de ses pensées, la faim ajouté à l'envie de bouger la décidèrent de partirent à la conquête de la pièce d'où sortait cette si bonne odeur.
Samyël était levé ainsi que Toshiro, Alsaën, Shinji et Silya. Elle fit un signe de la main à Samyël pour le saluer et montré que ses excuses étaient acceptées.

Maharu s'approcha de Toshiro, sans ménagement aucun elle pris sont bras droit et tira sa manche de sorte à pouvoir observer la cicatrice. Le jeune hylien, prit de surprise n'avait pas réagit et regardait la jeune gerudo d'un aire ahuri. Tandis que Shinji s'était rapproché, menaçant prêt à agir au moindre geste suspect.

-Tu dis que ce sont des gerudos qui t'ont fais cela?
-Oui
-Cette blessure à combien de temps?
-une centaine d'années.

Malgrès une réticence évidente à répondre aux questions de l'adolescente, l'espoir de se voir un jour guéri pallié toute autre méfiance.

-... ça date... Écoute, tu veux savoir d'où provient ce poison et son antidote. Je connaît une personne apte à répondre à ses questions. Seulement il faudra aller dans le désert. Calme toi le lutin, coupa Maharu en voyant que Shinji s'apprêtait à protester. Allez y seul, et c'est la mort qui vous attends. Le seul moyen pour lui d'avoir des réponses et de rencontrer quelqu'un de haut gradé dans la forteresse.
-Il en est hors de question, qu'est ce qui nous dit que vous n'aller pas vous réfugier dans le désert, avertir vos complices et nous tendre une embuscade?

Shinji commençait d'ors et déjà à perdre son sang froid. Sa voix vibrait d'une haine non contenu. C'est alors que Silya s'avança, portant sa main sur sa poitrine.

-Pendant que Maharu ira dans le désert, je resterez ici. Sous vôtre garde si gentil et agréable. Railla Silya.
-Shinji, intervint alors Toshiro, je sais tes doutes. Mais comprends que si pour toi rentrer dans le royaume du crépuscule est important, trouver une solution à mon problème l'est tout autan pour moi. Si ce n'est plus. Si Cette fille reste ici, Maharu sera bien obligé de revenir si elle ne veux pas qui lui arrive quoi que se soit de fâcheux.
-Et pourquoi une si soudaine envie de nous aider?
-Pour vous montrer notre bonne foi, sourit Maharu. Mais bon, de mon côté je voudrais m'assurer que Silya ne soit pas maltraité durant mon absence.

Le twili sembla réfléchir, prit dans un intense conflit intérieur, après quelque minute il poussa un long soupire et s'exprima d'une voix glacial.

-... Si d'ici deux jours, toi et Toshiro n'êtes pas revenue, non seulement ton amie mourra sans une souffrance toute particulière, mais en plus je te retrouverais et ferais en sorte que tu regrette amèrement ta trahison.

La menace était clair et sans appel, autan cette situation ne lui plaisait guère, autan il ne pouvait pas prendre de décision à la place de son ami. Bien que cela l'arrangerai. Rien que le fait qu'il aille ainsi accompagné en territoire ennemie lui donnait des sueurs froide. Mais Toshiro semblait résolu et le connaissant, rien n'aurait pus l'arrêté.

-vous allez donc dans le désert? Demanda Samyël soudain intéressait.
-Exact.
-Je vous accompagne.
-Moi aussi, lança joyeusement Alsaën. Maharu le regarda, détailla l'homme avant de lâché d'un ton moqueur.
-N'y comptait surtout pas. Moins il y aura d'hylien dans les rangs plus sur sera le trajet.

C'est ainsi qu'après avoir pris leur déjeuner, quelque vivre et équipement, les trois voyageurs allèrent scellé leurs montures pour enfin partir en direction du désert.


[Suite "A l'orée du désert"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alsaen Dariühl
Archer grammariste
Archer grammariste
avatar

Nombre de messages : 209
Age : 28
Profession : Archer émérite naturaliste
Âge du perso : 24 ans (Hyliens)
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Hylien (aux 3/4)
Sexe: homme
Devise: Je croirai en un Dieu quand je cesserai d'aimer les Hommes; mais croire en vous, Déesses, ne m'en empêche en rien.

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Dim 27 Juil - 16:55

(Bon, je profite du fait qu'Internet soit disponible quelques instants pour écrire n'aussi !)

Alsaen avait assez mal pris la réponse de Maharu; il aimait voyager, il aimait voir du pays, et il aurait aimé leur prouver sa bonne foi. Mais en réalité, il se doutait bien que les circonstances et les tensions avaient causé bien trop de soucis et d'inquiétudes pour tous...
Susie s'était chargée, car inquiète et voulant vraiment détendre chacun, de préparer quelques plats rapides et délicieux pour le chemin. Elle s'était également empressé d'y ajouter une large quantité d'eau -elle habitait au-dessus d'une source quasiment intarissable. Les deux hommes qui l'avaient attaqué commençaient à s'habituer à cette vie, et se montraient moins méfiants et apeurés à l'idée de suivre l'avancement de tout cela et les agissements de chacun.
Tous finirent par décider de se détendre un instant. Il était clairement visible que la colère de Shinji risquait de déteindre sur tous, et d'engendrer de bien piteux résultats... Dorgos lui-même était assez mal à l'aise à cause des évènements de la veille, qui s'étaient avérés si imprévisibles qu'il s'était tu. Morrigane, trop innocente pour oer se faire entendre au milieu de tout le monde, prévint qu'elle comptait faire une légère sieste dans sa chambre. L'Hylien archer, quant à lui, décida de partir sur une discussion complexe mais passionnante avec lui...


- Comment considérez-vous les étrangers ?
Shinji le regarda avec surprise.
- Les étrangers ? Comment ça ?
- Tous les étrangers. Ceux de races différentes, mais aussi de villes différentes, de classes sociales différentes... le fait qu'ils soient en dehors de votre champ personnel ne vous effraie-t-il pas ?
- Je suis en quelque sorte moi-même un étranger...
- Non, non, je ne veux pas parler de ça. Imaginez-vous chez vous. Dans votre propre maison, votre propre ville. Imaginez, toujours, que d'autres Twilis, ayant longuement voyagé, apparaissent dans les alentours, pour visiter, voire s'installer. Comment réagiriez-vous ?
-... je pense que je les accueillerais. Je serais pleinement capable de voir leur inquiétude à l'idée de ne plus être chez eux; car des étrangers chez nous sont chez des étrangers, à leurs yeux. Donc ils ne savent pas comment nous les verrons, les trouverons... Ils s'inquièteront légitimement, et je devrai donc tenter de calmer leur peur, leur montrer que, même en dehors de leurs habitudes, il existe de la bonté.
- Je suis très heureux de vous l'entendre dire... après tout ça, j'avais craint que vous devinssiez xénophobe, voire pire...
- Pas du tout. Mes humeurs viennent... d'autres soucis que mes convictions...

Lancés ainsi dans une discussion, ils divaguèrent sur plusieurs, toutes aussi intéressantes que variées, que Susie et Dorgos écoutaient avec attention -sans y participer-, tandis que les brigands vaquaient à quelques corvées.


Dernière édition par Alsaen Dariühl le Lun 4 Aoû - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.auteurduneheure.canalblog.com
Silya Neyl
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 28
Âge du perso : 21
Date d'inscription : 13/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Féminin
Devise: J'ferai ça demain

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Lun 28 Juil - 0:00

Et pendant que certains conversaient, Silya, elle, faisait les cents pas un peu partout dans la ferme. Partout où elle pouvait, elle marchait.
Seule, pendant deux jours, avec le Twili fou. Heureusement que Maharu avait eu la bonne idée de dire à Alsaën qu’il ne pouvait, et à juste titre, pas venir.
Et pourtant, malgré le fait qu’elle sache que ce qui se passait était le mieux à faire, elle n’avait qu’une envie : se barrer. Fuir. Loin. Eviter le Twili, ses compagnons, et toute cette atmosphère super tendue. Et aussi la menace des « deux jours ». Si Maharu ne revenait pas, elle était quand même un petit peu dans la m… mouise.
Et pendant qu’elle marchait, son cerveau machiavéliquement porté sur l’esquive échafaudait un plan d’évasion de dernière minute.
Et puis elle devait avouer qu’elle en avait marre. Des menaces, problèmes, et du mec-gris.
Elle s’assit là où elle était en train de marcher, en plein milieu du passage, et se mit à réfléchir.

« Si elle revient pas, je suis finie. Si le gamin agressif aux cheveux blancs revient tout seul, sans Maharu, ça peut m’aider, même si le fou a demandé à ce qu’ils reviennent tous les deux si je veux espérer survivre… bon… en fait j’ai bien tout prévu… »

Elle bâilla, s’étira, et s’étendit de tout son long, sans se soucier du fait qu’elle semblait gêner la circulation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinji Yuurei
Modérachieur
Modérachieur
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 26
Profession : Stratège
Âge du perso : 148
Race : Twili
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Twili
Sexe: Homme
Devise: "Une vie est une chose si éphémère, si imprévisible, que l'on doit s'efforcer de la protéger à tout prix."

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Sam 2 Aoû - 20:20

Ayant terminé sa discussion avec Alsaen, Shinji décida de prendre un peu l'air histoire de se remettre de tout ce qui s'était passé depuis la veille au soir. Et en marchant, regardant le ciel, il trébucha sur une chose molle, flasque et informe étendue au beau milieu de l'herbe. Qui n'était autre que Silya.
Celle-ci le regarda bizarrement mais ne bougea pas d'un pouce, sachant qu'il ne ferait rien.
Le Twili lui rendit son regard, mais avec une expression d'infinie lassitude, de regret même, puis l'enjamba et s'éloigna.
C'est alors que Silya remarqua une chose bizarre. Aujourd'hui, il ne portait pas son fameux casque sur sa tête mais le tenait dans ses bras croisés.
Shinji continua sa route. Il aurait voulu expliquer, même s'excuser, mais à quoi bon? Après tout cela, il ne pouvait se faire pardonner si simplement. Il ne pouvait plus revenir en arrière.
Pourquoi donc avait-il réagi si excessivement? Pourquoi n'avait-il pas maîtrisé ses émotions? Il n'était plus digne d'être un stratège. Il ne remettrait pas sa coiffe de pierre tant qu'il n'aurait pas retrouvé l'état d'esprit qu'il possédait à sa venue sur Hyrule.
De toute manière, tout cela avait commencé avec cette femme. Cette Zirän... Il la détestait profondément. Objectivement et sans vouloir chercher à tout prix une raison, il ne pouvait que constater qu'il avait changé après l'avoir rencontrée. Il était... Plus humain, plus sujet aux émotions. Moins objectif qu'auparavant.
Et cette simple pensée lui fit douter de l'objectivité même de ses réflexions.
Il était également devenu infiniment moins sûr de lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silya Neyl
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 28
Âge du perso : 21
Date d'inscription : 13/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Féminin
Devise: J'ferai ça demain

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Sam 2 Aoû - 23:21

Allons bon, on pouvait même plus s'étaler au milieu du chemin sans se faire marcher dessus ?
Silya flemmardait encore quand elle avait senti quelque chose taper contre ses côtes. Elle mit quelques secondes à se dire qu'il fallait qu'elle ouvre un oeil, et le fit, sans pour autant réagir plus que ça lorsqu'elle vit Shinji -qui était la chose ayant tapé contre ses côtes-.
De toute façon, il ne semblait pas nécessaire qu'elle réagisse plus que ça, au vu de l'air absolument radicalement différent qu'arborait le Twili. Elle referma les yeux, sentit vaguement l'ombre de Shinji lui passer dessus, et elle plaça ses bras derrière sa tête.

Sa somnolence se stoppa brusquement. Pourquoi avait-il son casque dans les mains ? Le but d'un casque, après tout, était de se porter sur le crâne.

...

Et puis après tout, quelle importance ? Cela ne changeait pas grand-chose à ce qu'elle devait faire au cas où Maharu ne reviendrait pas. Voir même rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinji Yuurei
Modérachieur
Modérachieur
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 26
Profession : Stratège
Âge du perso : 148
Race : Twili
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Twili
Sexe: Homme
Devise: "Une vie est une chose si éphémère, si imprévisible, que l'on doit s'efforcer de la protéger à tout prix."

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Dim 3 Aoû - 0:50

Alors qu'elle commençait à s'endormir sous l'effet de la chaleur du soleil, quelque chose percuta Silya au niveau du ventre. Elle ne s'en préoccupa pas outre mesure.
Puis quelque chose d'autre tomba sur sa joue. Elle ouvrit un oeil, ne vit rien de particulier. "Etrange", se dit-elle. Puis elle se retourna mollement, soucieuse d'appliquer l'une des règles qu'elle suivait le plus scrupuleusement: "Quand j'ai pas envie de bouger, je bouge pas".


- Toute façon, se murmura-t-elle à elle-même d'un air somnolent après un instant de pseudo-réflexion (elle avait la flemme de vraiment réfléchir), je m'en fous... et puis si je me bougeais pour vérifier ce que c'était, ce serait fatigant... Au pire, je regarderai APRES avoir dormi, conclut-elle en refermant son oeil.

Et quelques secondes plus tard, après avoir entendu loin sur sa droite une vague exclamation de dégoût, quelque chose qu'elle identifia comme étant un vieux fruit moisi s'écrasa sur son nez. Elle finit par ouvrir les deux yeux en même temps et, au prix d'un effort considérable, tourna la tête afin de voir quel être commettait l'effroyable sacrilège de troubler l'un de ses sacro-saints moments de flemmardise. Tout ce qu'elle vit fut le haut du crâne de Shinji et l'une de ses mèches orange flottant au vent qui dépassaient de l'herbe. Celui-ci s'était tout simplement laissé choir au milieu de la pelouse, à quinze bons mètres d'elle, et passait le temps en jetant des petits cailloux et autres cochonneries gisant entre les brins d'herbe au-dessus de son épaule, totalement au hasard. Très exactement ceux qui s'écrasaient sur elle depuis tout à l'heure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silya Neyl
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 28
Âge du perso : 21
Date d'inscription : 13/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Féminin
Devise: J'ferai ça demain

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Dim 3 Aoû - 2:31

Pop.

C'était tombé sur elle. Quelque part. Une zone qu'elle identifia comme étant son ventre.

Ploc. Là, elle reconnut sa joue. Elle marmonna quelque chose sur l'etrangeté de la chose.
Une vague réflexion lui fit faire le tour des raisons évidentes et tout à fait fondées qui l'empêchait de bouger pour tenter de comprendre ce qui était en train de se passer. Après, après...
sauf que...

Plash. Un truc dégoulinant s'écrasa sur son nez. Silya marqua un temps d'arrêt, et ouvrit enfin les deux yeux, posant son regard doré en face. Puis, lentement, sans se presser, elle regarda autour d'elle en se dressant sur les coudes. Elle aperçut une mèche orange qui se mouvait selon le vent, appartenant sans aucun doute au...


- Sale petit cancrelat véreux ! S'exclama la jeune Gerudo.

Car en effet, cette phrase empreinte d'une grande féminité et d'un incroyable sang-froid était adressée à Shinji, ou le violateur de sa sieste ! Qui lui balançait des trucs, sûrement sans faire attention, mais il avait quand même perturbé son moment de flemme !
Elle se dressa et essuya son nez avec sa manche, avant de se diriger vers le Twili et de se planter devant lui.


Dernière édition par Silya Neyl le Dim 3 Aoû - 2:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinji Yuurei
Modérachieur
Modérachieur
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 26
Profession : Stratège
Âge du perso : 148
Race : Twili
Date d'inscription : 29/05/2008

Votre Personnage
Race: Twili
Sexe: Homme
Devise: "Une vie est une chose si éphémère, si imprévisible, que l'on doit s'efforcer de la protéger à tout prix."

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Dim 3 Aoû - 2:45

Tiens, un truc faisait de l'ombre à Shinji. Il ne sentait plus la chaleur du soleil.
Il ouvrit les yeux juste à temps pour voir un magnifique fruit mou et violacé, teinté de vert, tomber de la main de Silya, qui s'était postée devant lui, et éclater sur son front.


- Tenez, je vous ramène le fruit que vous venez de perdre par inadvertance, lui dit aimablement la jeune Gérudo.

Cette chose était immonde et sentait la moisissure à dix mètres. Le Twili la reconnut comme étant le fruit qu'il avait jeté derrière lui deux minutes auparavant.

- Inutile de me remercier, c'est tout naturel, ajouta Silya en s'éloignant.

Puis elle retourna s'allonger un peu plus loin, derrière un arbre fruitier, bien décidée à reprendre ses passionnantes activités là où elle les avait quittées.
Le Twili essuya avec un dégoût non dissimulé les éclaboussures produites par le fruit pourri. Ses doigts rencontrèrent un gros ver de fruit. Il le saisit entre le pouce et l'index, et regarda la créature.
Il la trouvait presque plus agréable que la Gérudo.
Il finit par trouver quoi faire. Autant faciliter la rencontre entre ces deux êtres si semblables. Il s'approcha silencieusement de Silya.


- Merci beaucoup de m'avoir rapporté mon fruit. Cependant, cette chose n'est pas à moi. A en juger par la stupéfiante ressemblance que vous possédez toutes deux, peut-être en êtes-vous la détentrice originelle?

Tout en disant cela, il lui enfonça d'un coup sec le ver de fruit dans l'oreille gauche et repartit s'allonger au soleil, à une vingtaine de mètres de Silya.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silya Neyl
Peuple Gerudo
Peuple Gerudo
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 28
Âge du perso : 21
Date d'inscription : 13/06/2008

Votre Personnage
Race: Gerudo
Sexe: Féminin
Devise: J'ferai ça demain

MessageSujet: Re: La ferme de Susie   Dim 3 Aoû - 3:16

Non mais. Qu'il garde ses affaires, après tout. Contente d'elle, elle retourna s'allonger dans le but de finir ce qu'elle avait commencé.

He bien non ! Il semblerait que le cancrelat véreux ait encore décidé de pourrir la si délicieuse sieste de Silya... ou du moins, la étant supposée être délicieuse.
Encore une zone d'ombre venant couvrir son visage... allons bon.

Merci beaucoup ? Mais je t'en prie, c'est gratuit...

Une chose ? Quelle chose ? Elle ouvrit les yeux juste au moment où, après avoir parlé d'un truc comme étant une ressemblance, Shinji lui fourra un truc visqueux, long et surtout, vivant, dans l'oreille gauche, et repartit, comme si de rien n'était.
Avec calme et dégoût, elle retira la bestiole qui n'était responsable de rien et la reposa dans l'herbe. Ensuite, elle remit son cerveau en route, puisqu'il semblait que sa sieste était grandement compromise... remarquant derrière quoi elle dormait, elle grimpa souplement et s'installa dans l'arbre. Elle fit une petite provision de fruits, qui se trouvaient être des poires, et, après un ricanement de victoire, visa la tête du Stratège. Quelques secondes après, son projectile atteignait sa cible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La ferme de Susie   

Revenir en haut Aller en bas
 
La ferme de Susie
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques D'Hyrule :: Hyrule :: Plaines d'Hyrule :: Les Plaines-
Sauter vers: